Comment devenir un freelance agile en 2019 ?

Spread the love

Cet article s’adresse à ceux qui souhaitent exploiter de nouvelles méthodes de travail de freelancing.

Si toi aussi, tu as envie de réaliser tes projets-clients d’une manière innovante et de façon plus intelligente, alors tu es au bon endroit.

Si tu en as assez de te sentir dépassé par certains projets… Alors cet article est fait pour TOI !

Si tu en assez des quiproquos qui peuvent exister entre tes clients et toi… Alors cet article est fait pour TOI !

Si tu veux être plus efficace dans la réalisation de tes missions… Alors cet article est fait pour TOI !

Pourquoi ? Parce que je vais te dire comment utiliser la méthode agile pour tes propres missions 😊

Si tu ne sais pas en quoi consiste cette méthode, je t’invite à lire la première partie de cet article. Autrement, tu peux passer directement à la deuxième partie. 

I/ Qu’est-ce que la méthode agile ?

1/ Définition simplifiée de la méthode agile

La méthode agile repose sur le Manifeste de l’agilité, développé en 2001. En clair, ce n’est pas quelque chose de récent mais ce n’est que maintenant qu’elle est exploitée par l’ensemble du monde du travail. 

Aujourd’hui, toutes les entreprises, quelle que soit leur taille, repensent leur organisation afin qu’elle devienne plus agile. Dès lors, ce n’est pas parce que toi, tu travailles seul que tu n’as pas le droit aussi d’innover dans tes méthodes de travail, pour devenir plus agile.

Alors que signifie le fait d’être agile ? 

C’est privilégier : 

  • les personnes et interactions au lieu des processus ou outils
  • les logiciels qui fonctionnent au lieu des documentations
  • la collaboration avec le client au lieu de la négociation à partir d’un contrat
  • l’adaptation au changement au lieu du suivi d’un plan

En clair, c’est la manière d’aborder le travail et la collaboration qui est entièrement repensée. L’humain est davantage mis en avant, la pratique est favorisée face à la théorie et l’adaptation devient une qualité recherchée.

L’objectif est d’être plus réactif et de travailler au plus près des besoins du client et de l’utilisateur final. 

Bien évidemment, pour t’expliquer en long, en large et en travers ce qu’est la méthode agile, il me faudrait te faire toute une formation. Tu comprends donc qu’ici, il ne s’agit que d’une introduction pour que tu comprennes au moins de quoi je te parle. 

2/ Dès lors, qu’est-ce qu’un projet mené en mode agile ?

Si une phrase pouvait résumer en quoi consiste un projet agile, il s’agirait de la suivante :

Il s’agit de diviser le projet en boîtes de temps (plutôt qu’en séquences) puis de procéder à des réitérations.

(source : OpenClassRooms)

Concrètement, cela revient à ne pas se lancer dans le projet d’une traite. En plus, au lieu de le diviser en tâches, il sera divisé en temps.

Tu vas notamment utiliser la fameuse technique pomodoro, développée par Francisco Cirillo.

Tu travailles pendant 25 minutes puis tu prends une pause de 5 à 15 minutes. Ensuite, tu réitères. Ainsi de suite jusqu’à la finalisation du projet. 

Aussi, il s’agit de prendre en compte les besoins des utilisateurs (à ne pas confondre avec le client). 

L’utilisateur, comme son nom l’indique, est celui qui utilisera effectivement le produit ou service développé. Cela peut être le client dans certains cas, mais pas toujours. Souvent, ce sera les clients du client ou bien les employés du client. 

Découvre comment faire dans la partie suivante. 

II/ Comment peux-tu adapter la méthode agile à ton activité ?

Lorsque tu es freelance, tu passes beaucoup de temps à prospecter.

Une fois que le prospect te montre son intérêt, tu passes en phase de négociation. 

Ensuite, tu travailles sur le projet demandé. Tu es alors en phase de production. 

Enfin, tu remets le projet finalisé à ton client, tu es alors en phase de livraison. 

Abordons ces trois phases sous l’angle de la méthode agile. 

1/ La phase de négociation

Lors de cette phase, deux enjeux majeurs se jouent :

  • réussir à se mettre d’accord sur le contenu de la mission (à travers le cahier des charges)
  • réussir à fixer un tarif qui convient aux deux parties prenantes

En quoi la méthode agile va t’aider à appréhender ces enjeux sereinement ?

Si tu te souviens de ce que tu as lu précédemment, dans le Manifeste agile, on te conseille de privilégier les relations humaines aux négociations de contrat. 

Si je traduis cela pour toi qui es freelance, cela veut dire que tu dois faire attention à ne pas rendre cette phase « mécanique », « technique », « contractuelle ». Pense que tu as en face de toi des humains, avec leurs forces et leurs faiblesses.

Ta première préoccupation ne devrait pas être de signer ton contrat détaillé (pour t’assurer que tu n’auras pas de problèmes par la suite) mais plutôt d’instaurer une relation de confiance entre toi et tes clients, d’établir une base saine de communication et d’échanges. 

Cela vaut tous les contrats du monde car le lien est désormais créé. 

Même si tu te rends compte qu’il y a eu un quiproquo, le conflit ne va pas survenir car naturellement, vous allez tout faire pour résoudre cette situation, afin de conserver cette relation de confiance.

Aucune partie ne souhaitera rompre le lien de confiance qui s’est créé (sauf si tu es tombé sur une personne avec de mauvaises intentions).

2/ La phase de production

Lors de la phase de production, tu suis scrupuleusement le cahier des charges. Seulement, si tu n’appliques pas la méthode agile, ce qui risque de se passer est que tu te lances dans le projet avec ta compréhension des attentes du client. Une fois le projet finalisé, tu risques de te rendre compte que ce n’est pas ce que le client a demandé. 

Dès lors, des tensions peuvent apparaitre entre les deux parties prenantes, chacune pensant être dans son bon droit. Eh bien, désolée de te le dire, mais si le client n’est pas satisfait, c’est à toi de refaire le travail, sans compensation financière (sauf cas d’abus manifeste).

Comment peux-tu arriver à cette situation ? 

Imaginons que tu es un créateur de sites web. Un client vient vers toi et te demande de lui créer un site e-commerce pour vendre des bijoux féminins. Jusque-là, tout va bien. 

Il te demande un site au design épuré, présentant les produits dans des sortes de vignettes montrant un aperçu du produit, une courte description en dessous et le prix mis en évidence. Il t’explique les couleurs qu’il souhaite pour son site : plutôt du rose poudré, des couleurs pastel, qui renvoient une image de féminité et d’élégance. Il t’ajoute qu’il souhaite être livré sous un mois maximum. Oui, il te laisse du temps parce qu’il veut vraiment un site bien réalisé, de qualité.

Tu notes tout cela dans le cahier des charges. Tu penses avoir bien entendu et compris toutes les exigences de ton client. 

Seulement, pendant que lui te décrit son site idéal, il en a une certaine image plutôt arrêtée et bien déterminée. Et toi, pendant ce temps, tu en as peut-être une autre en tête. Pourtant, les deux images peuvent parfaitement répondre au cahier des charges mais la tienne peut ne pas satisfaire ton client.

L’erreur serait de finaliser ton projet sans faire aucun retour à ton client pendant la production de ce site. 

En appliquant la démarche agile, voici ce que tu ferais : 

  • Tu noterais les demandes de ton client
  • Tu t’assurerais d’avoir bien saisi chacun des éléments demandés
  • Tu rédigerais ton cahier des charges que tu validerais avec ton client
  • Tu te lancerais ensuite dans ton projet
  • Tu travaillerais par boîte de temps pour bien aérer ton cerveau, avancer plus vite tout en étant créatif
  • Tu ferais une réunion avec ton client dès le premier prototype, histoire de t’assurer que tu avances bien dans le bon sens / autrement, tu verrais avec ton client ce que tu devrais modifier
  • Tu réitèrerais ces réunions à chaque nouveau prototype pour pouvoir ajuster immédiatement toute mauvaise compréhension du projet

En fonctionnant ainsi, tu pourrais avoir l’impression de perdre du temps à faire des points réguliers avec ton client. En réalité, tu gagnes du temps et de l’argent car cela t’évite de devoir refaire le projet au bout du compte, si tu as eu une mauvaise compréhension des attentes de ton client. 

3/ La phase de livraison

Lors de cette phase, tu dois remettre le projet finalisé à ton client. Cela signifie que ton client doit être entièrement satisfait de ta réalisation. Ne serait-ce que pour pouvoir retravailler avec lui ultérieurement ou bien, obtenir un avis positif de sa part et des recommandations sur d’autres missions. 

Eh oui, un client peut en cacher un autre 😉

Hormis le fait que ton client peut trouver que le produit livré ou le service rendu ne répond pas à ses critères, il peut exister une autre difficulté qui ne se verra qu’à ce stade de ta mission. 

Revenons à l’exemple du site internet. Imaginons que tu as bien travaillé en mode agile, tu as su, à chaque fois, adapter le projet aux retours de ton client. Dès lors, le client est satisfait. Il a bien eu le site qu’il voulait. 

Seulement, t’es-tu demandé si ton client avait vraiment bien réfléchi aux utilisateurs finaux de ce site ? 

Lorsque tu accomplis une mission, tu as envie qu’elle soit réellement utile à ton client. Dès lors, dans le cas d’un site web, tu veux qu’il plaise à ton client mais qu’en plus les internautes s’y sentent bien et aient envie d’acheter sur ce site. C’est quand même ça le but final de ta propre mission 😊

Dès lors, si tu travailles en mode agile, tu dois également penser aux besoins des utilisateurs dans tout projet que tu réalises. 

Concrètement, cela passe par des entretiens avec un panel représentatif des utilisateurs de ce site (pense à créer des buyer personas  pour les identifier).  Aussi, cela peut consister à réaliser des sondages, des tests d’utilisateurs puis recueillir leur avis. 

Tu peux également tester toi-même des sites concurrents et noter ce qui t’a plu, ce que tu as détesté, ce qui t’incite à acheter, etc. 

Par ce moyen, tu t’assures de l’adéquation entre la demande de ton client, la réalisation de ton service ou produit et l’utilisation finale de ce dernier. Et c’est uniquement lorsque tu arrives à combiner ces trois éléments que tu as réussi ta mission ! 

A toi de jouer ! 😉

Dis-moi en commentaire si tu viens de découvrir cette méthode, si tu comptes l’appliquer dans tes projets ou bien si tu le fais déjà… 

A ton tour de m’écrire ! ^^

N.I.

11 Partages

Tu devrais aussi aimer ces articles

One thought on “Comment devenir un freelance agile en 2019 ?

  1. Memito

    mars 21, 2019 at 9:39

    Très bon article ! J’aurais mis la phase recherche UX en premier. Connaître son persona et la concurrence est primordial avant de commencer à travailler car ça conditionne pas mal de choses. Bonne continuation !

    • Author

      Cyrine

      mars 21, 2019 at 2:52

      Merci d’avoir partagé ton avis avec lequel je suis entièrement d’accord 🙂 Ici, cet article est axé uniquement sur la méthode agile et comment l’appliquer à son activité de freelance. A bientôt !

Ton email ne sera pas communiqué. Les champs Nom et Email sont requis.